Vivre avec le VIH

Aujourd’hui vivre avec le VIH n’a rien à voir avec les années 80 et 90. Aujourd’hui une personne séropositive a la même espérance de vie qu’une personne séronégative.

Nous vous invitons à télécharger cet excellent document de Aides, VIE POSITIVE, qui vous apportera de nombreux renseignements… Et sûrement changer d’avis par rapport à certaines idées reçues.

Cliquez pour télécharger

A retenir 5 fausses idées :

1. “c’est de ma faute, je suis nul-le de m’être contaminé-e”
Bien sûr que non ! Et si c’était vrai, vous seriez aussi nul-le que les milliers de personnes qui se contaminent chaque année. Et
que les 150 000 personnes vivant avec le VIH en France, les 230 000 personnes vivant avec le VHB et les 220 000 personnes vivant avec le VHC. Il s’agit d’épidémies. Vous n’avez aucune raison de vous sentir coupable.

2. “Je n’ai plus que quelques années à vivre”

C’est totalement infondé. Grâce aux traitements, l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH tend à rejoindre celle de la population générale. Avec les hépatites, l’évolution de la maladie est très lente (20 à 30 ans) et les traitements sont de plus en plus
efficaces. Donc, vous avez beaucoup d’années devant vous. Sauf si vous avez 90 ans… ou que vous traversez la route
sans regarder à droite et à gauche

3. “je devrai aller à l’hôpital tous les mois”

Pas nécessairement, cela varie généralement entre 3 à 6 mois, même si, à certains moments, ça peut être plus fréquent (notamment au début du traitement, pour vérifier que tout se passe bien). Et on peut aussi, parfois, être suivi en médecine de ville.

4. “avec les traitements, ma vie sera invivable”

Finis les traitements anti-VIH lourds et les 20 pilules par jour : les traitements sont plus simples, plus efficaces et mieux tolérés. Une ou deux prises par jour, avec un choix de molécules qui permet de trouver celles qui conviennent. Pour l’hépatite B, même traitement que pour le VIH. Quant à l’hépatite C, certes le traitement actuel est à “ apprivoiser ”, mais les 70 % de chances de guérir motivent, et d’ici quelques années, il sera plus simple.

5. “je vais finir seul et sans enfant ”

Parce que vous pensez que l’amour dépend du statut sérologique ? Avec les progrès de la médecine, il est facile de faire un enfant quand on est séropo.

 

Sources :

 

Copyright © 2017 Personn'Ailes All Rights Reserved.  Copyright France